Le mariage : un contrat spirituel 

Quand deux êtres s’aiment profondément et s’engagent dans le mariage, en général ils se lient pour la vie. Le mariage est le lieu où l’on fait don de soi. C’est un acte de foi. C’est une dimension spirituelle nécessaire à l’épanouissement du couple. Elle est identifiable à la foi religieuse, à ce que l’on croit avec conviction avant de s’engager pour la vie.
Quand surgit une trahison, puis la séparation, le conjoint trahi est en recherche de justice, d’une solution à sa souffrance morale. Or, les solutions que propose le droit juridique auxquelles il peut avoir recours se résument qu’à une réparation financière et civile au préjudice subi.
Ces réparations civiles peuvent rarement apporter un soulagement total au conjoint trahi. Ceci s’explique par le fait, qu’en plus du contrat civil bafoué, existait un autre contrat que le recours juridique ne peut ni capitaliser, ni réparer. Il s’agit du contrat d’amour basé sur l’investissement spirituel propre à chacun.

La Bible : référentiel des valeurs spirituelles pour le mariage

Plusieurs spécialistes se sont versés à étudier la place de la spiritualité dans la vie de l’homme. De nos jours il est reconnu qu’elle fait partie de la pyramide de ses besoins fondamentaux.

Si nous nous penchons sur la première alliance entre un homme et une femme que nous rapporte l’histoire, celle d’Adam et Eve, nous trouvons un fait remarquable que mentionne la bible : L’homme dit :

Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair!

Notons qu’Adam dit : « Cette fois » car il avait eu le temps de constater qu’aucun animal du jardin d’Éden ne pouvait comprendre les aspirations de son coeur.

Dieu créa une femme pour Adam en lui prenant une de ses côtes. N’aurait-il pas pu faire autrement, comme il a fait pour l’homme? Certainement, Dieu accentua la ressemblance pour que les deux êtres puissent atteindre une dimension spirituelle plus épanouissante, car l’homme se sentait seul malgré la présence de Dieu.

Ainsi, des atouts du jeu, connus de Dieu, sont d’amblé, jetés pour le premier couple.
Adam pouvait dire :

J’ai trouvé celle qui me comprendra et qui me ressemble.

En d’autres termes « celle qui me sentira ».
L’homme, éprouve naturellement  le besoin d’un épanouissement spirituel sécuritaire. Nous pouvons corroborer cette thèse avec cette citation du christ

L’homme ne vivra pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu (Mat. 4 : 4)

Frantz PLAVONIL